Pink Obsession

   F A S H I O N   V I B E S   

Jeudi,  4 décembre 2014




Obsession  [n.f]  : idée répétitive et menaçante, s'imposant de façon incoercible à la conscience du sujet, bien que celui-ci en reconnaisse le caractère irrationnel.

Merci Larousse de résumer si bien le fléau dont j'ai été victime ces derniers jours. Une couleur fraîche comme une joue timide qu'on aurait trop complimentée, rosée et pétillante comme une coupe de champagne qu'on vient de verser, juteuse comme une pêche dans laquelle on vient juste de croquer. Ne me demandez pas d'où c'est sorti (les excentriques vibes californiennes seraient-elles à blâmer ?), mais un beau jour, je me suis retrouvée à fouiller Pinterest de fond en comble - j'y ai laissé une nuit de sommeil et croyez-moi j'aurais voulu que ça reste une mauvaise blague - à la recherche du Rose parfait, celui qui ne me donnerait pas l'air d'une poupée Manga porno. Une fois Pinterest mis à sac, au tour d'Instagram d'être perquisitionné. Trésors d'imagination furent à déployer en matière de #hashtags afin de mettre la main sur le chimérique perfect pink tone:

#strawberryblond
#Pinkpastel
#Pinkhighlight
#Peachy
#Rosegold

Ajoutez à cette liste grossièrement écourtée - bienséance oblige - toutes les variantes flanquées de "hair" ou "style", et puis celles en français. Afin de ne pas maintenir trop longtemps cet insoutenable suspens, je terminerai cet article par une éloquente citation qui résume à merveille le dénouement de cette obsession qui me vouait à ma propre perte (et celle de mes cheveux). Un jour, un être doté d'une étonnante sagesse, décida de nous déculpabiliser de tous nos vices en s'exclamant : Le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y céder. Merci Oscar, demain 3 heures 30, face au miroir, la tête entre ciseaux et pinceaux, en me rongeant mentalement les ongles que je n'ai pas, mes pensées iront directement vers toi. 


Pour rester découvrir en LIVE le désastre / miracle capillaire, c'est par ICI. En attendant, voici le butin de mon investigation rosée. Votre avis ?



Capillairement vôtre,