Les ex ou le réchauffage de restes amoureux

  L A  ∗ C O M E D I E  ∗  U R B A I N E   

Jeudi,  4 juin 2015

Les couples se font et se défont, s’adorent et se haïssent, s’aiment puis se déchirent. Mais innombrables sont ceux qui, malgré une rupture «éclatante » à coup de portes claquées, de « c’est ça, retourne vivre chez ta mère » et de bûchers flamboyants d’anciennes affaires oubliées, décident de sombrer à nouveau dans les affres de l’amour et tentent alors de ressusciter des cendres leur passion d’autrefois. Bridget Jones se (re)jetant aveuglément dans les bras de ce bâtard de Cleaver, Ninon et Rudy le couple Yoyo de Plus Belle la Vie ou le cercle amoureusement vicieux entre Miss Waldorf et Mister Bass illustrent à merveille le principe du réchauffage de restes amoureux, une réalité déroutante qui me pousse à m’interroger : Pourquoi - bordel - avons-nous tendance à retourner vers nos ex ?



Pour rester dans les métaphores alimentaires, disons que remettre les couverts avec son ex, c’est un peu comme piocher dans le frigo après un copieux repas. Votre estomac crie à l’overdose, complètement rassasié(e), vous avez, comme le suggère une célèbre expression au sommet du glamour, les dents du fond qui baignent, bref vous êtes au bord de la nausée. Et pourtant. Une force mystérieuse ou alors le sadique machiavélisme de votre insatisfait « Ca » profond vous pousse à ouvrir l’interdite porte du frigidaire et votre main s’empare alors, de manière quasi incontrôlable, d’un dernier en-cas. Vous savez pertinemment que vous ne devriez pasMais allez, juste un dernier. Pour la route.


Miss Waldorf a elle aussi de la peine à se refuser une petite gâterie après le repas


« Don’t wanna be all by myself »

Si le vieil adage veut que « mieux vaut être seul(e) que mal accompagné(e) » la logique féminine, elle, clame : « mieux vaut se retaper son ex que d’être seule comme une pauvre célibataire, qui aux dires du reste planète, finira vieille fille dévorée par ses chats angoras. ». Et oui, au moment de la rupture, le célibat peut vous fredonner des airs de liberté à l’oreille mais il sonne souvent comme une bruyante solitude. Au revoir les mielleux Whats App à l’éveil, les petits dèj’ au lit et autres mièvreries. Dites bonjour aux Saint-Valentins en tête-à-tête avec Ben et Jerry et aux heures à jouer les chandeliers lors des sorties de couples. Et si vous ne retrouviez plus personne ? Et si l’éternelle célibataire qu’on essaiera désespérément de caser à chaque repas de famille c’était vous ? Et si… Trop de si, alors on se dit qu’il ou elle a beaucoup de défauts mais finalement c’était pas si terrible. Ah ouais, vous êtes sûr(e)s ?

La phobie du syndrome Bridget Jones nous pousserait donc à se contenter des miettes de notre précédent goûter ?


Divine idylle

Il était Kleid, vous étiez Bonnie. Ensemble vous étiez la Team Rocket, prête à vous envoler vers d’autres cieux. Tout le monde enviait la perfection qui vous unissait. Cette relation était jadis synonyme d’Idéal, à vos yeux et à ceux du reste de la planète. Y renoncer reviendrait à admettre que Johnny et Vanessa n’étaient pas faits l’un pour l’autre (MENSONGE!). Ainsi, en hommage à cette divine idylle et au nom de l’amour avec un grand A, vous êtes prêt(e)s à tolérer une fois de plus tous ces défauts que vous vous étiez juré de ne plus accepter (même sous la menace d’être spoilié(e)s la prochaine mort tragique de GoT).

Avouez-le, le jour où vous avez appris la séparation de Vanessa & Johnny, vous avez perdu foi en l'humanité.


Comme d’habitude dirait Claude

Pourquoi le Big Tasty alors que ça fait 10 ans que vous prenez un Big Mac à chacune de vos visites au McDo ? Pourquoi une Napolitaine alors que vous ne jurez que par les pizzas Hawaï ? (Désolée, à ce stade les références alimentaires ne sont même plus préméditées, je crois que j’ai faim). Se refaire son ex n’a rien d’exotique, c’est un vulgaire plat de pates insipides, d’une honteuse banalité, mal assaisonné qui plus est, qu’on a mangé bien plus de fois qu’on a insulté Blair pour avoir envisagé ne serait-ce qu’une nano seconde de choisir ce coincé de Louis plutôt que le très désirable - pour ne pas dire bandant, bienséance oblige - Charles Bass. Cependant, essayer un nouveau burger, bien que le concept soit tentant (Avouez-le, combien de fois êtes-vous resté(e)s bêtement planté(e)s devant le Menu du McDo, proie à une cruelle indécision, bien tenté(e)s de changer vos habitudes bien ancrées?), c’est prendre le risque d’être déçue(e). Et puis, les plus flemmard(e)s d’entre nous ne me contrediront pas, re-investir dans une nouvelle relation, à l’instar du montage d’un meuble IKEA où il vous faut ériger la commode NÖRNAS à partir du néant, requiert non seulement une impressionnante réserve d’énergie mais aussi une dose considérable de bonne volonté. Deux vertus qui bien souvent, en tant qu’individus récemment rejetés de la sphère des gens heureux et amoureux, nous font défaut. 

Bref, la clé du débat entre le Tupperware de la veille et la marchandise fraîchement rapportée du marché vous appartient, mais n’oubliez pas que « Les aliments mal revenus font les repas mal partis » (Merci Pierre !).



Délicieusement vôtre,





2 commentaires:

  1. Tu te souviens de ma fameuse déclaration d'amour pour ton blog ? et bah la encore une fois après avoir lu ça je pourrais te la re faire (mais j'ai la flemme un peu.. <3) C'est une question que je me pose moi même un peu en ce moment u_u haha.. BON MAINTENANT JE VEUX UN SUPER LOOK !

    Bise de ta fan number one

    www.leblogdecharlice.com

    RépondreSupprimer
  2. Je ne laisse quasiment jamais de commentaire sur les blogs, je voulais juste te dire que tu écris très bien, je trouve tes articles toujours intéressants et marrants ! Continue comme ça :)

    Bonne journée,

    Eczaaj (IG)

    RépondreSupprimer